Pensine de Loïse

Lettre à Dider aka Schizo

Hello Didier,

Tu es une personne vraiment à part, j’ai eu beaucoup de mal à te cerner.
Fort caractère, un brin manipulateur, marrant à tes heures, parfois super méchant en paroles.
Mettre les gens mal à l’aise est un de tes hobbies préférés.

Psychologiquement, nous n’étions pas compatible, tu es égoïste, moqueur, trop sûr de toi, un complexe de superiorité dans toute sa splendeur.
Ta phrase préférée est " Après Dieu, il y a moi"

Mes amis te détestent et ne comprennent toujours pas comment nous arrivons à rester amis, d’ailleurs ils t’appellent schizo.
Ils n’ont pas tort, je me le demande parfois...
Je t’ai rencontré dans une période compliquée, j’étais à la limite du burnout à cause du boulot, mal dans ma peau, je me sentais grosse, moche...
Quand nous nous sommes rencontrés, je remontais à peine la pente et j’ai été séduite par ton charisme.
Mais j’ai vite déchanté...
Il fallait rire quand tu l’avais décidé, parlé quand tu l’avais décidé… J’ai un esprit plutôt rebelle, ça ne pouvait donc pas marché.
Paradoxalement, je n’arrivais pas à me rebeller complètement contre ce caractère trop fort, mais intérieurement je bouillonnais.
Puis soyons honnête, entre nous, il y avait cette alchimie sexuelle.
La première, je me rappelle c’était super nul, comme d’habitude, je n’étais pas à l’aise, maladroite...
Mais nous nous sommes vite améliorés, je me rappelle que je te rendais fous, surtout quand je t’ouvrais la porte en sous-vêtement, te demandais de ne pas dire un mot et que je t’entraînais dans ma chambre en marchant bien devant toi pour admirer les courbes que tu aimais tant.
Nous avons effectivement partagé des nuits et des journées très chaudes et sensuelles.
Et je vois encore dans ton regard quand nous nous voyons pour notre traditionnelle restaurant de l’année que ça te manque et que tu me dévorerais si tu le pouvais.

Quand nous nous sommes séparés, c’était plutôt brutal, tu m’as poussé à bout, je t’ai quitté.
Cette fois-ci, plus de chances possible, j’ai pour habitude de toujours laisser une chance de rattraper les erreurs, mais tu l’as brûlée.
J’ai repris mes esprits et ne suis plus sous le joug de ton caractère dominateur, mais tu me fais rire et nous avons tout de même partagé de bons moments.

Puis c’est grâce a toi que j’ai concrétisé avec le G.I, comme tu l’appelles. Cette relation, tu ne l’as jamais vraiment approuvé, mais tu as eu l’air sincèrement désolé pour moi quand je t’ai dit que nous n’étions plus ensemble, ça m’a touché.
C’est sympa de passer du temps avec toi de façon parcimonieuse !

Je te souhaite d’être heureux !

Peace,

C